Territoires AudacieuxTerritoires AudacieuxTerritoires AudacieuxTerritoires Audacieux
75018, Paris
(Lun - Ven)
baptiste@territoires-audacieux.fr

Ballan-Miré (37) : une volonté de la part des élus et des habitants d’accompagner les plus démunis face à la crise

Durant cette crise Covid19, Territoires-Audacieux.fr se mobilise pour vous permettre de bénéficier de retours d’expérience réussies. Notre objectif ? Vous proposer des témoignages de terrain afin de faire remonter les bonnes pratiques du territoire face au défi du confinement et de ses conséquences.

Par ailleurs, Territoires-Audacieux ouvre son abonnement aux collectivités en ayant besoin durant cette période. Vous pouvez demander à recevoir l’ensemble de nos contenus en cliquant ici.

Nous avons également souhaité mettre en avant les initiatives de nos abonnés. Cinquième exemple avec l’interview d’Emmanuel Dutay, directeur général des services de Ballan-Miré. Il nous explique les différents dispositifs mis en place par la commune afin d’accompagner au mieux les plus démunis de son territoire face à la crise.

Comment vos équipes ont-elles pu vivre et réagir face aux différentes décisions gouvernementales dans le cadre de la lutte contre le covid19 ?

Il est difficile pour les équipes comme les élus d’être toujours en réaction et de naviguer ainsi à courte vue dans une mer d’incertitude. Ce sont des situations qui génèrent beaucoup de tensions pour nos agents qui ont en permanence à cœur d’agir dans l’intérêt supérieur de nos administrés. Pour autant, les services municipaux de Ballan-Miré, à l’instar de toutes les collectivités territoriales françaises, ont fait la preuve indéniable de leur agilité et de leur créativité pour parvenir, en un temps record, à se réorganiser, pour ne pas dire de se réinventer, dans le seul but de remplir nos obligations face au service public.

Est-ce que le CCAS de Ballan-Miré a mis en place de nouveaux dispositifs durant cette crise?

Le dispositif d’aide au ravitaillement de première nécessité pour les personnes isolées et fragiles a été une création complète mise en place en l’espace de 72 heures. Le CCAS a ainsi offert à ce nouveau service toute l’expérience de son fonctionnement, de sa connaissance du territoire et de ses habitants. Sa structuration juridique et financière nous a aussi permis de sécuriser tous les acteurs, les bénéficiaires comme les volontaires.

Comment a été créé le « réseau des volontaires » de votre commune ?

Le réseau des volontaires s’est organisé autour des élus municipaux, des acteurs associatifs, mais aussi des habitants qui se sont présentés spontanément pour prendre part à cet élan de générosité. Son objectif est aussi de créer un lien fort entre volontaire et bénéficiaire afin de permettre un vrai rapport de confiance. C’est pourquoi chaque volontaire ne se voit « attribuer » que deux bénéficiaires maximum.

Quelles sont ses différentes actions ?

Outre l’aide aux « courses », le réseau des volontaires, géré par notre CCAS, appelle systématiquement par téléphone, une fois par semaine, toutes les personnes repérées comme pouvant présenter un risque de fragilité ou d’isolement. Les aides alimentaires sont aussi maintenues malgré les difficultés liées à l’urgence sanitaire mais dans un cadre beaucoup plus souple. Une veille sociale a ainsi été mise en place avec une permanence téléphonique qui permet de répondre à toutes les situations d’urgence.

Quelle est la fréquence de distribution de votre lettre d’information « spécial confinement » ?

Ce premier numéro a été mis dans les boîtes aux lettres des 4 000 foyers ballanais le jeudi 23 avril. Nous pensons faire paraître un second numéro courant mai, voire juin en fonction de la progression du déconfinement.

Quel est son contenu ? Avez-vous eu des retours ?

Cette lettre est une compilation d’informations pratiques, de présentation des dispositifs de soutien proposés aux habitants, et quelques articles permettant de mettre en valeur la continuité de fonctionnement des services municipaux. Pour l’heure, nous n’avons pas encore eu de retours des habitants mais nous savons que cette lettre était très attendue, l’information étant une nécessité absolue dans ces temps si particuliers.

Propos recueilli par Maëlle Alibert